Le monde est une fleur

12 novembre 2014

Elle portait des culottes, des bottes de moto ...

Pour une fois, j'ai lu une newsletter arrivée dans ma boîte aux lettres.

Il faut dire qu'il s'aissait de Telaio, et que l'idée d'un raz de marée de tissus tous neufs m'enchante toujours.

Clic, donc.

Dans ce courrier, on me parlait de journée du webshop. Je clique sur le lien concerné, et je découvre un tas de sites web belges proposant des offres sympathiques. Ooooooooh ! J'en ai même oublié mes tissus ; c'est dire !

Parmis tous ces sites, j'ai découvert "TattooForaWeek" (voir ici : http://www.tattooforaweek.com/) et là, j'ai craqué ! ;o)

Moi, ce qui me plait, c'est le style symboles marins ou pin-up, façon assez décalée. J'ai aussi investi dans le tour de nombril, qui sera trop classe pour la danse orientale*.
Gabuzette a droit elle aussi à son tatto marin (version Hello-Kitty), et à plein de petits motifs assez mignons. Car du haut de ses 5 ans, elle est amatrice depuis déjà pas mal de temps. "Maman, je peux avoir un touatouage ?" vient presque aussi régulièrement que "Maman, je peux me faire trouer les oreilles ?". (Notons que piercing pour piercing, les oreilles sont pour l'heure traitées de la même façon que son nombril et le reste de son corps : pas encore ! Ouaih, je sais : c'est l'hôpital qui se fout de la charité ...)

La commande est arrivée chez moi en 5 jours.

A première vue, ce sont des décalcomanies standard, quoi que certaines planches rendent particulièrement bien le grain du tatouage. J'ai fait un premier essai avec une planche de petits motifs. Ma conclusion : c'est rigolo, mais l'aspect brillant reste un peu trop à mon goût. Maintenant, peut-être que ça va s'estomper au lavage. 

 

DSC04611 (Large)

 

D'un autre côté, je suis contente de cette commande : j'aime beaucoup les tatouages. Les vrais, je veux dire. Mais j'ai bien trop de grains de beauté pour m'en faire faire un. Et puis c'est vrai que j'ai déjà du mal à garder un mois le même vernis à ongles (l'est beau, hein ?), alors je n'ose même pas imaginer avoir la même image dans la peau toute ma vie. Là, c'est cheap, mais c'est amusant ! Et puis OK, je l'avoue : j'ai la nostalgie des décalcomanies de mon enfance !

 

Alors, tu es tentée ?

 

 

* Eh oui, Emyca : je te disais que toute forme d'activité physique était contraire à mes principes les plus profonds ... Et maintenant moi aussi je bouge et je transpire toutes les semaines. Et tu as raison : j'aime ça ;o)

Posté par Gabuzomeuh à 13:51 - - Commentaires [17]
Tags :

09 novembre 2014

A table !

Activité boulangerie aujourd'hui !

 

DSC04600 (Large)

DSC04601 (Large)

DSC04605 (Large)

DSC04606 (Large)

Posté par Gabuzomeuh à 17:39 - - Commentaires [7]
Tags :
25 octobre 2014

Vampirella

Après mon trench, j'ai encore quelque chose à te montrer au rayon couture noire et rouge.

 

Période oblige, il s'agit d'un déguisement de vampirette.

a 00

Pour le corsage, je me suis grandement inspirée du patron Butterick B5705en faisant une découpe noir/rouge sur le devant en poursuivant la ligne formée par les pinces, et en y ajoutant des manches longues. Je n'ai rien doublé (il ne s'agit tout de même que d'un déguisement, hein !) et j'ai bordé le col par un biais noir.

Pour la jupe, j'ai improvisé. J'ai découpé un morceau de rouge évasé qui avait une largeur de départ de la même taille que la zone rouge du corsage, et j'ai pris une largeur de tissu noir coupée en deux pour le reste de la jupe. Seul le noir est froncé.

Toutes les coutures sont surjetées puis surpiquées (ça m'a réussi pour mon projet précédent).

Pose de zip et de dentelle de mon stock, et voilà le travail ! (Deux soirées de couture.)

1 robe

2 corsage

3 manche

J'avoue que j'aime beaucoup. J'ai acheté un ruban noir pour simuler un laçage, mais la miss ne le réclame pas.

 

Qui dit vampire dit cape noire.

Je me suis simplement basée sur la peau de l'âne des contes de fées intemporels (déjà utilisée ici), sans oreilles ni doublure. J'ai fait la capuche plus profonde, et arrondi les devants pour virer les pattes de la bestiole et rendre le tout plus enveloppant. J'en ai profité pour utiliser un bouton acheté en trop pour mon trench.

Très rapide à faire (moins d'une heure).

4 cape

 

Tissus polyester le moins cher possible de chez mondial tissus. En tout, j'en ai eu pour environ 20 €, et il me reste beaucoup de chutes.

 

Bien sûr, Gabuzette est super contente. Et avec un peu de maquillage en plus, elle s'est prêtée avec joie à notre petit shooting !
Comme elle avait toujours de nouvelles idées de pose, il y en a beaucoup ...

a 01

a 02

a 03

a 04

a 05

a 06

a 07

a 08

a 09

 

a 20

 

 

Et moi, j'ai eu le droit d'avoir un gros bisou tout rouge !

a 10

Les copines du tricot thé reconnaîtront le pull que je porte.

 

21 octobre 2014

Just in time

J'ai toujours aimé les trenches. C'est soit mon côté British soit mon côté Inspecteur Gadget, à toi de juger. A mon avis, les deux explications se tiennent.

Les trenches du commerce ont, sur une possibilité de deux défauts, toujours (je dis bien TOUJOURS) l'un ou l'autre. C'est à dire :
   a) ressemble à un sac
   b) hors de prix 

N'oublions pas que la combinaison a + b se rencontre fréquemment.

 

Mouairf !

mouairf

 

 

J'ai donc décidé de me lancer dans la réalisation de ce qui est pour moi un VRAI trench (que j'appelle d'ailleurs souvent "imperméable", pauvre has been que je suis). Je le voulais rouge, et là je veux dire rouge-rouge, ce qui a nettement corsé la chose au moment du débusquage du tissu.

Je voulais aussi qu'il soit terminé pour l'arrivée de l'automne. Finalement, j'ai rentré le dernier fil mardi dernier, c'est à dire pour la première journée de pluie de la saison (oui, parce que je ne me contente pas de les couper : je rentre les fils aussi en couture). 

 

J'ai fouillé dans la foultitude de patrons que je possède, c'est à dire ceux que j'ai achetés, ceux qui sont tirés de magazines, ceux que j'ai récoltés en oubliant de les rendre à ma maman-chérie-que-j'adore-oublie-tout-de-suite-ce-que-tu-viens-de-lire-steup, et ceux que j'ai récupérés de ma grand-mère. On doit bien atteindre la demi-tonne, à vue de nez. Eh bien figure-toi que de trench il n'y a point. Ni d'impreméable, d'ailleurs. Ouaip, il y avait bien une parka ou deux, mais non, ça ne me convenait pas. J'ai donc fouillé le net. Matin et soir, comme tu l'aurais fait à ma place, mon fan, n'essaye même pas de me raconter autre chose. Et je suis tombée sur deux pépites : 

 

5525  5525p  

Le McCall's M5525, fait ici par Pia Kennedy

 

 

1301_Sewaholic_Robson_Envelope_front__16549      MJB Trench Coat

Le Robson coat de Sewaholic, fait ici par Marrie

 

Le premier a l'avantage d'être doublé, et le second celui du jusqu'auboutisme représenté par les rabats avant. Je me suis mise en quête de l'un ou l'autre de ces trésors car l'un est épuisé et l'autre est un poil chérot. Finalement, grâce à Thready, j'ai réussi à mettre la main sur le Robson coat.

C'est la première fois que je couds un patron de Sewaholic. En fait les instructions sont très claires. Je pense qu'un grand débutant en couture ne trouverait pas tout ce dont il a besoin (et encore) mais, entre nous, je ne pense pas non plus qu'un grand débutant commence par ce genre de pièce.

Dix-sept pièces de patron. En collé-serré, ça donne ça : 

DSC04243 (Large)

Côté tissu, ça a été un poil galère.
Mondial Tissu m'a laissée sur ma faim niveau rouge, et le fin limier envoyé dans les boutiques bretonnes n'a pas plus été convaincu par ses recherches. Le marché au tissu est passé par ici mais là non plus je n'ai rien trouvé. J'ai hésité à le faire dans un simili cuir, mais là, j'ai eu un flash : Gestapo ! J'ai donc mis ça de côté (dommage, ça se serait super bien travaillé !) tartan

J'ai re-recherché sur le net, trouvé de nouveaux sites de tissus à force d'écumer les forums de Thread and Needle, et demandé des échantillons ... 

Jusqu'à mon atterrissage chez Jonathan tissus de Hagondange, où j'ai trouvé un tissu d'un beau rouge, suffisamment lourd, et à la composition intéressante (80% polyester, 10% laine). Il coûte 13.50 €/m et j'en ai utilisé 3.30 m. J'ai utilisé un tissu contrastant pour le dessous des rabats avant et arrière et poche. Un tartan gris avec des rappels rouge. J'en ai utilisé 60 cm à 12 €/m.
(Note que le soir-même de mon achat, je recevais mon dernier échantillon, qui était encore mieux que ce que j'ai acheté. On appelle ça la loi de Murphy Gabuzo.)

Ce n'est qu'une fois le tout fini, quand j'ai traversé le Printemps de Metz et que je me suis trouvée nez à nez avec un superbe trench Burbery que je me suis dit que je n'avais pas été la première à penser à ce type de choses.

tarte

Quant à l'intérieur, il est entièrement en grrr véritable. C'est un satin duchesse acheté au marché au tissu pour 2 €/m. Utilisé un peu plus de 2 mètres (Comme quoi je n'en suis pas repartie tout à fait bredouille !).

DSC04468

J'ai en effet préféré doubler entièrement la chose. D'abord parce que ça me paraissait évident qu'un manteau soit doublé pour des raisons de confort à l'enfilage/défilage et de résistance au froid, et aussi et surtout pour une question de tombé. 
J'ai vu pas mal de Robson coats doublés sur le net, mais très peu entièrement. En général la doublure s'arrêtait avant les rabats intérieurs, ou bien même seules les manches étaient doublées. Et quasiment tout le temps, la doublure et le tissu principal étaient cousus ensembles, laissant les valeurs de coutures visibles à l'intérieur. 

De mon côté, j'ai préféré faire un premier manteau en grrr (dos un peu plus large pour l'aisance, côtés, devants et manches), puis l'intégrer au manteau rouge au moment de la couture de l'empiècement. J'ai fait attention de ne pas coudre les passants de ceinture sur ma doublure, mais en passant par dessous pour qu'ils n'empêchent pas la doublure de vivre sa vie. J'ai aussi cousu l'empiècement dos à ma doublure, cette fois-ci pour que celle-ci sache où elle doit partir. Ce sont aussi les boutons qui donnent un aplomb à la bête, car ils sont cousu à travers toutes les couches de tissu.
Je dois dire que je suis assez contente de moi pour tout ce qui est doublure. Je n'ai rencontré aucune difficulté, elle se comporte exactement comme je le voulais, et elle donne un tombé agréable au tissu. Et quelle sensation en enfilant mon manteau ! C'est bien ce que je disais : Grrr !

Grrrrrr

Autre changement : j'ai fini mes couture à la surjeteuse, puis je les ai surpiquées.
Je ne suis pas déçue par ce choix, car le tissu rouge est finalement fin, et laisse voir les épaisseurs du dessous. Du coup, si j'avais choisi de finir mes bords au biais (comme le recommande le patron), je pense que ça n'aurait pas été beau sur l'endroit. Je me suis contentée d'un biais le long de la parmenture.

surpiqure

Enfin, j'ai décidé d'entoiler entièrement ma ceinture. C'est juste à cause du tombé de mon tissu ; je pense que ça n'aurait pas été joli, car trop fin.

Le choix des boutons a été difficile. J'avais des boutons rouges dans mon stock, mais je ne suis pas contre un peu de contraste. De toute façon, je n'en avais pas tout à fait assez (des boutons). J'ai donc acheté auprès de Au chtit bouton des boutons simples et noirs en corozo, de 3 cm de diamètre pour l'extérieur, et j'ai utilisé les rouges pour l'intérieur.
La pose des boutons et des boutonnières a été le seul vrai point difficile pour moi. Bien sûr parce que je ne trouve jamais la bonne position des boutons et boutonnières, mais ensuite et même principalement à cause de ma machine qui avait envie de me taquiner. Elle a bousillé plus d'une boutonnière sur quatre. Bourrage, en général vers la fin de la manipulation. Du coup j'ai du user du découd-vite à maintes reprises. (L'outil y a même laissé son revêtement. Bon pour la poubelle.) J'ai donc passé pas loin d'une semaine pour en finir avec cette étape. 

Ah oui : j'ai aussi hésité sur la longueur. Pour l'instant j'ai gardé la longueur normale, mais je me suis demandé si je ne racourcissais pas le tout de 5 à 10 cm. Qu'en penses-tu ?

Mais tu as raison, j'en mets du temps, pour te montrer ce que je donne en Inspecteur Ga(buzo)djet !

La première série de photos, avec Gabuzette qui me hurlait dans la rue "mets tes mains sur les hanches, Môman ! et panche toi vers l'arrièèèère !" a donné ça :

 2 01 3 4 

5 6 7 8

 

 

Et comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, voici le shooting
"Gabuzo-se-la-pête-quand-tous-ses-voisins-rentrent-du-boulot"

 

Tout d'abord, version fermé (c'est comme ça que je le porte)

a1 a2 a3 a4

 

Eventuellement avec le col fermé 

col col 2

 

Ou encore plus efficace :

chaud

 

J'aime moins quand le manteau est ouvert :

ouvert ouvert dos

 

 

Et maintenant, voilà la chanson que j'ai eue dans la tête à chaque fois que je me mettais derrière ma machine à coudre pour ce projet (maintenant c'est à ton tour) :

(Mais je ne fais pas le poids : ma petite culotte est moins flashy !)

 

 

MERCI BEAUCOUP à Thready pour son envoi !
(Tu es une vraie copine de couture. Merci aussi à Monsieur Web qui m'a fait te connaître !!!)

 

Posté par Gabuzomeuh à 18:53 - - Commentaires [24]
Tags : ,
03 octobre 2014

Tapisserie de combat

Ou l'extraordinaire histoire du fakir qui était resté coincé

sur un FAUTEUIL Ikéa.

DSC04302 (Large)

Je me considère comme étant chanceuse. J'ai un atelier couture.
Avec une armoire pleine de tissus, de la place pour ranger mes plans de coupe, des étagères pour mettre mes outils et diverses boîtes destinées chacune aux rubans, aux zips, aux bobines perdues, aux canettes, aux velcro (pour ne pas abîmer le reste), et aux petits accessoires. J'ai une table spéciale pour assouvir mes pêchés juste à côté de mon présentoir à bobines. J'ai aussi de quoi tournoyer autour de ma table à repasser et aussi autour de mon mannequin de couture. Un canapé sert régulièrement de coin reflexion quand je cherche l'inspiration. Le rêve, n'est-ce pas ?

Avant, mon atelier, on l'appelait la chambre d'ami.

Mais c'était avant.

Et c'est dans cette pièce que j'ai mis à mort le dernier fauteuil de bureau que j'utilisais pour coudre. Un ultime CRAC ! a fait que depuis quelques années, je cousais sur ce qui est devenu un tabouret à roulette. 
Ceci pose deux problèmes : au bout de 4 ou 5 heures de couture (oui, je couds beaucoup d'affilée) j'ai le dos en vrac, et aussi je manque régulièrement de me vautrer lamentablement quand je m'assieds du mauvais côté de la bête (l'expérience m'a appris qu'il fallait éviter le côté qui accueillait jadis le dossier. Hélas, celui-ci est imperceptible de prime abord.).

J'ai donc mis sur pied un plan machiavélique qui s'est avéré être tout à fait payant.
Il est très simple, je te le narre en un court dialogue :

- [Moi] Mon cheriiiii ? Si tu cherches une idée de cadeau, un jour, pour moi ... Une chaise à roulette, pour mon atelier, ça serait parfait.
- [Gabuzhom] Oh, mais tu sais, tu pourrais prendre mon fauteuil de bureau dont le revêtement de l'assise est tout pourri. Tu sais, quand j'ai des clients qui viennent, ça fait un peu con. Comme ça, un jour, je m'achèterai un vrai fauteuil de ministre, ça sera la classe.

Qu'il ait un fauteuil de ministre, moi, je dois dire que je m'en fous. Et puis je trouve que c'est une bonne idée, car il est tout de même assis sur son fauteuil une dizaine d'heures par jours. His butt worths it ! (Ici, j'imagine bien le mâle dominant papillonner des yeux.) Quant à moi, eh bien ce fauteuil est juste à la taille que je convoitais. 

Mazette, si après ça on ne forme pas le couple idéal !!!

Avant de laisser le mâle dominant réfléchir de façon plus approfondie, je lui demande de monter la chose dans mon atelier. Ça c'était ce matin, à environ 10 heures. A 17 heures 30, j'avais terminé la réfection de la bête.

 

Voici le fauteuil avant
(il était tout de même monté, dans le bureau de mon cher et tendre)

DSC04299


J'ai commencé par l'assise.
J'ai pris un tissu de mon stock (ne me demande pas pourquoi j'avais ce tissu sous la main.) et j'ai coupé large tout autour du bousin. Je me suis armée de mes épingles et de mon agrafeuse, et roule ma poule !

DSC04301 DSC04303 (Large) DSC04304 (Large)

 

Ensuite, je suis passée au dossier.
Il était en bon état, mais bon, il fallait que ça aille avec le reste. Le truc, c'est que Monsieur Ikéa sait bien tendre les tissus et que moi, bein non. J'ai donc décidé de prendre mes mesures tant bien que mal : Trouver grosso-modo le milieu et dessiner un trait le long de la couture. Sur l'endroit et sur l'envers. Logique.

DSC04308 (Large) DSC04309 (Large)

Puis j'ai cousu le tout, en prévoyant de très grande valeurs de couture, au cas où. J'ai aussi assuré à fond mes angles, comme tu peux le voir (toujours cette idée de fakir qui revient.) Dans un premier temps je n'ai fait que bâtir à grands points, car avec la forme légèrement en poire, galbée, du dossier, je ne pensais vraiment pas réussir à enfiler un truc étroit par le haut du fauteuil. Mais finalement, je suis une femme de peu de foi, et le premier essai a suffi. J'avais prévu des petites poignées pour l'enfilage ... j'en ai bien eu besoin.

DSC04314 (Large) DSC04315 (Large)

a b

Là, je suis contente, fière, j'ai les yeux qui pétillent et le poil brillant, hein ?

Sauf qu'après, il a fallu ôter la housse pour transformer mon bâti en couture bien solide !

01 02

03

J'ai choisi le point "bourrin" de ma MAC. il fait 3 points côte à côte. Ensuite j'ai surjeté et surfilé. J'ai eu la flemme de changer le rouge de ma surjeteuse. Faut dire que je suis en plein dans un projet "Lady in red". Tu sais, le truc rouge derrière moi sur les photos que tu ne peux pas voir. C'est ça.

DSC04331 (Large) DSC04332 (Large)

Enfin, je suis passée à la méthode défoulante : Aaaah, ma pince long bec (pas la plus adaptée en l'occurrence, mais j'avais le choix entre ça, des tenailles et une pince coupante ...)

DSC04333 (Large) DSC04336 (Large)

 Re-agrafage pour mettre papa sur maman, et ...

 

Tadaaaaaam !

DSC04338 (Large)

DSC04339 (Large)

 

Ça a été très marrant à faire. (Même si pas parfait : il y a un pli sur un côté, tsss !)

Ça aura été un exercice avant de refaire mon fauteuil philosophe. J'ai acheté un joli tissu rien que pour mon Voltaire, mais j'avais un peu peur de m'y mettre.

Ca peut le faire, non ?

DSC04250 (Large)

Posté par Gabuzomeuh à 21:46 - - Commentaires [22]
Tags : ,


24 septembre 2014

Une laine bonne pour la santé

Regarde cette pub pour une laine spécialement traitée pour la santé de nos gentilles têtes blondes :

 

pub_laine_oradium

... interdite à la vente après 1960.

 

Honnêtement, même actuellement, je ne suis jamais trop convaincue par le discours des vendeurs qui mettent en avant les traitements de leurs produits. Même les traitements naturels me laissent sceptique (des plantes dangereuses ou allergisantes, ça a toujours existé, non ?). L'avenir nous dira si on avait tout juste ou tout faux. Moi, je parie sur un peu des deux, et toi ?

Posté par Gabuzomeuh à 09:16 - - Commentaires [8]
Tags :
21 septembre 2014

Délivrée, libérée ...

Ca fait quelques temps que je n'ai pas fait de déguisements pour Gabuzette. Elle est fan de la Reine des Neiges (oui, je sais : elle n'est pas d'une originalité folle sur le coup-là), alors je lui ai fait une robe qui colle avec le personnage.

J'ai utilisé de la suédine et de la mousseline. Je suis super contente de la mousseline qui s'envole et danse au premier pas. J'ai acheté ces tissus dans une mini boutique qu'une collègue m'a recommandée à Hagondange : Janathan Tiss. 
Je voulais coller quelques strass termocollants sur le devant, mais les bidules achetés chez Stecker ont du glisser du colis (super mal conditionné et arrivé à moitié ouvert chez moi). Du coup, me voilà le bec dans l'eau niveau brillant.

devant dos

Je dos est droit, en fait, mais Gabuzette trouve très smart de dénuder une épaule.

Tu me diras, c'est peut-être Elsa qui lui donne cette idée-là ...

Source: Externe

 

Comme sa copine Eléonore fête son anniversaire samedi prochain, je lui ai fait exactement la même.
Le cadeau n'est pas encore offert, je n'ai donc pas de photo à te montrer.

 

Et comme il me restait une grande chute de mousseline et que j'avais trouvé le matin-même un T-shirt trop petit pour ma fille, hop, j'ai utilisé le tout pour faire une version rapide à Lison, qui passait l'après-midi à la maison (pas de photo, mais il parait que la miss, rentrée chez elle, ne la quitte plus).

Lison

 

Pour les deux robes d'Elsa : mousseline 6 €/m x 250 cm et suédine 13.50 €/m x 80 cm = 25.80 €
Pour la robe "danseuse des neiges" : 150 cm de mousseline = 9 €

11 septembre 2014

Mais qu'est-ce que c'est que ce centre machin chouette dont elle nous cause, celle-là ?

De temps à autres, quand je parle travail avec toi, mon fan (chose qui n'est pas forcément trop fréquent, parce que, voyez-vous ma bonne dame, il y a un temps pour tout), je te vois bien t'intéroger sur l'endroit où je passe le plus clair de ma semaine. 

Qu'est-ce que c'est-y donc que ce centre spécialisé dans le handicap moteur, mais qui n'est pas* un centre de soins ? Et que vient faire le logo du ministère de la défense dans tout ça ?
* Enfin si, mais il n'y a qu'un seul service qui reçoit des patients

Très bonnes questions, très cher. 

 

Eh bien je te propose de te venir chercher la réponse à ces questions le vendredi 17 ou le samedi 18 octobre 2014 au Centre d'Etude et de Recherche sur l'Appareillage des personnes Handicapées, ou CERAH pour aller plus vite.

Car du haut de ses 30 ans, le CERAH ouvre ses portes pour toi, mon fan, ainsi que pour tous ceux qui voudraient voir, par exemple, tous les malheurs qu'un fauteuil roulant subit sur nos machiavéliques machines, les différentes sortes de matériaux utilisés pour permettre aux amputés de danser le charleston si l'envie leur prend, et aussi, notamment, surtout, principalement, l'efficacité proche de la perfection de son équipe de documentalistes. 

Le CERAH est aussi partenaire dans le développement de fauteuils ou d'équipements adaptés pour les sportifs handicapés, et de nombreuses démos de plusieurs spécialités handisport seront proposées, avec possibilité pour le public de les tester.
Oui, je sais : trop de la balle.

Loin de vouloir faire de la pub car, vois-tu, ce n'est pas du tout mon style, je te recommande vivement cette petite virée familiale. Ne serait-ce que pour voir qu'un fauteuil roulant ça n'est pas triste. Ce sont les pépins de la vie qui peuvent l'être. Un fauteuil, c'est au contraire un outil formidable qui permet aux personnes de pouvoir se déplacer, voire se dépasser.

Et puis, ne l'oublions pas : il y aura ... MOI !

 

documents VPH

Programme, adresse, horaires ... Voir là.

 

(Amusant de taguer un message sur mon boulot en "bon plan" :o) )

 

Posté par Gabuzomeuh à 11:19 - - Commentaires [6]
Tags :
09 juillet 2014

Baby love

Oué, oué, oué ... je t'endends râler depuis ton ordinateur, mon fan : je te néglige, je suis pas sympa.

Je sais. Désolée.

J'ai de menus soucis de santé dont je ne sais pas grand chose excepté qu'ils me mettent à plat et que je suis suivie par un médecin de médecine interne nettement moins cool que le Dr House (si, si, c'est possible). Cerise sur le champignon (ma mère comprendra), je psychotte à fond et je m'autobafferais pour cette attitude à la con. J'ai été cependant rassurée ce matin par mon médecin traitant kétrodlaballe, et je pourrai à priori continuer à parler ici même de mon nombril et de ce qui se trouve autour pendant quelques temps.

 

 

Parlons donc de ...

Clémentine

La petite Clémentine est née le 24 juin. Elle se trouvait vachement bien dans le ventre de sa maman, et il semblerait qu'elle ne voyait pas trop l'intérêt d'en sortir.

 

Issu des Intemporels pour bébés, voici un ensemble bloomer cache-coeur taille 3 mois, cousus il y a déjà quelques temps pour cette jolie crevette :

Ensemble

Les deux tissus sont des cotonnades légères achetées au marché au tissu. Il m'en reste encore assez pour faire environ 3512 autres bloomers.

Je trouve que le haut semble tailler juste alors que le bas semble grand. Mais bon, je n'ai plus vraiment l'oeil adapté aux mini-tailles, et chaque bébé est différent. De plus, je ne compte pas confisquer ces fringues si elles ne sont pas expressément portées ensembles :o) (Je trouve d'ailleurs que le bloomer irait super bien avec une marinière bleue clair ...)

Pour le bloomer, j'ai rajouté une ouverture à pressions à l'entrejambe car je me souviens combien ces choses ont changé ma vie il y a 5 ans.

pression

Pour le haut, je crois ne rien avoir changé de spécial. Il faut dire que tout ça est fini depuis presque deux mois, histoire de ne pas être prise au dépourvu !

Ah, si ! j'ai rajouté deux zigouigouis aux manches, qui serviront d'accroche-sucette, ou de défouloir à doigts.
Mais je sais que ton oeil de lynx n'aura pas loupé l'horreur terrible qui m'est tombée dessus lors de la DERNIERE couture de ce cache-coeur (oui : la toute dernière) : Ma machine a jugé bon de mettre sa touche perso, à savoir de l'huile lors des points doubles de l'ourlet de la deuxième manche. Le défoule-doigts est en fait un joli cache-misère. (Me demande si ça ne peut pas servir de porte-clef ...)

zigouigoui

 

 

Bienvenue Clémentine, et félicitation à Elodie !

(Loïc, arrête de fêter ça, c'est pas sérieux !)

 

 

 

Posté par Gabuzomeuh à 14:39 - - Commentaires [11]
Tags : ,
25 mai 2014

Quand les Gabu vont à la noce

Je t'avais dis dans mon dernier post que tu ne resterais pas longtemps sans nouvelles de ma machine à coudre. Voilà pourquoi :

En ce joli mois de mai, le mâle dominant, Gubuzette et mon auguste personne sommes invités à deux mariages. Ce qui nous donne donc deux bonnes occasions de faire chauffer le frangin. Comprendre ma machine Brother. Tu suis ou quoi, là, mon fan ?!

 

Lors de la première édition messine du marché au tissu, en mars, j'ai donc parcouru les stands avec pour objectif de trouver un tissu pouvant convenir pour Gabuzette et pour moi. Mais je dois dire que je n'était qu'à moitié décidée là dessus, car ça fait un peu too much. J'ai donc eu une encore-meilleure-idée-qu'elle-est-bonne : insérer un rappel de la robe de l'une dans la robe de l'autre. Autrement dit, faire la ceinture et une fleur de la tenue de Gabuzette avec le tissu prévu pour ma robe et inversement.

 

Pour la robe de Gabuzette, j'ai utilisé le patron Butterick B5980.

Source: Externe Source: Externe

J'ai dû faire une taille 4 ans en largeur, et 7 ans en longueur. Elle est plus longue que sur le modèle, tout de même. Trop à mon goût, mais c'est ce que voulait ma fille.
Le tissu de base est un jersey de coton assez lourd qui m'a coûté 20€/m (j'ai acheté 1.80m). Je le trouve très beau, et pas du tout destiné à un vêtement enfant à la base. Gabuzette est tombée sous le charme dès mon retour du marché.
Pour la fleur et la ceinture, j'ai utilisé le tissu de ma robe. Le bleu est présent dans les fleurs.
J'ai utilisé du satin duchesse rose de mon stock pour la doublure. Monsieur Mondial Tissu a crié au scandale, mais c'est tout ce que j'avais sous la main, et franchement ça le fait pas mal.
J'ai fait une toile pour être sûre de ne pas avoir de mauvaise surprise. Gabuzette était interloquée quand je lui ai dit que cette robe beige allait passer à la poubelle (c'est vrai que moi aussi ça m'a fait mal au ventre car elle était parfaite). Hormis le changement de taille que j'avais prévu dès le départ, je n'ai pas du tout modifié le patron, et tout s'est idéalement passé. Oui : ça arrive !

1 1 dvt (Personnalisé)

1 2 tourne (Personnalisé)

1 3 noeud (Personnalisé)

 

 

Quant ma tenue ... ah, c'est une longue histoire ! Voici donc le premier épisode.

J'ai trouvé un tissu au prix terrifiant de 5€ le mètre, pour faire une sorte de Galaxy Dress. Je te rappelle que la Galaxy dress, c'est cette chose que je trouve d'une féminité folle : 

Source: Externe Source: Externe

J'adore l'effet crayon. Le décolleté droit est juste parfait, et les manches sont sublimes.
Bon Roland Mouret la vend pour la bagatelle 1779 €. Non, mon doigt n'a pas dérapé sur la touche 7. On pourrait croire que ça a un petit rapport avec le fait que j'ai préféré la coudre moi-même, mais pour de vrai de vrai, j'ai d'abord trouvé ce patron sur le site de Vogue, PUIS j'ai vu sur le site de Julia Bobbin que c'était une robe bien connue.
Au fait, moi j'ai eu besoin d'1.50 m. de mon tissu à 5€. La doublure m'a coûté bien plus cher car j'ai eu besoin de 50 cm à 22€/m.

Cette robe te rappelle peut-être quelque chose. Eh oui : j'ai déjà fait un essai il y a quelques temps avec mon zèbre intergalactique. Le tissu rayé ne m'avait pas convenu pour faire les manches. Là, avec mon joli tissu bleu c'était parfait. 

En faisant mon zèbre, j'ai pesté et repesté sur les mensurations de Mme Vogue. Qu'à cela ne tienne, cette fois je ferais une toile. J'ai donc fait pas mal de retouches grâce à ce brouillon : raccourcissement du buste (1 pousse), taille 10 pour la poitrine et les épaules, taille 12 pour le reste, modifications des pinces au niveau de la cambrure ... la toile m'a aussi permis de me faire la main sur les manches, qui finalement sont très faciles à réaliser. Ensuite, j'ai tout fait très sérieusement. Ça n'a pas été évident car mon tissu glissait énormément, et n'était pas du tout élastique. On pourrait croire que le motif chevron pourrait aider à couper droit, mais en fait il ne sert qu'à mettre en évidence les défauts de coupe. Grrr ! Niveau jusqu'au boutisme, j'ai même mis ma collègue Martine à contribution pour marquer l'emplacement de la fermeture éclair, ce qui a demandé une bizarre séance de dépoilage dans mon bureau pendant la pause de midi. 

Je suis assez déçue sur le fini du patron lui-même. Par exemple, il faut faire des points à la main pour cacher certaines valeurs de couture qui seraient visibles si l'idée de me gratter le dessus de la tête me prenait. Mais bon, il faut en convenir : ça ne se voit pas et ça reste juste une frustration de couturière qui aimerait faire un truc nickel.
Pour ce qui est de mes modifications, elles sont bonnes, sauf pour le dos qui est trop bas par rapport au devant. Mais c'est un moindre mal par rapport au rendu de base (la troisième Galaxy Dress sera la bonne !).

L'idée était de me faire une ceinture avec le tissu de la robe de Gabuzette, mais ça ne rendait pas trop bien. Et puis j'ai fait un essai avec une fine ceinture corail, et j'ai trouvé ça parfait. 

2 dvt

 

 

Et ici tu peux voir le résultat des deux tenues côte à côte, quand je porte la ceinture faite avec le tissu de Gabuzette :

3 ensemble marche

3 ensemble tourne

 

 

 

Même le mâle dominant a eu droit à sa confection maison. Non, je ne lui ai pas fait une nouvelle robe, mais une pochette (le tissu aurait parfaitement convenu pour une cravate, mais je n'en avais plus assez).

Par contre, le costard n'est pas estampillé "Gabuzo, avec du fil de perlimpinpin".

Étonnamment, nous n'avons pas eu droit à une séance d'essayage.

 

 

 

Avec tout ça, l'histoire aurait pu être parfaite ... si je n'avais pas craqué ma robe lors du premier mariage !

 

Oh, rassure-toi, je n'ai pas fini les fesses à l'air, mais en fait le fait de m'assoir a tiré sur le tissu au niveau de la couture du milieu dos. Et vu que ce tissu n'est pas du tout élastique, ça se voit. Enfin c'est moi qui l'ai vu en remettant la robe sur cintre.

Là, en dessous de la fermeture éclair : le tissus gondole et est étendu au niveau de la couture (et oui, ça se voit. Et soyons honnête : le problème se situe à une endroit qui est souvent balayé par les regards !)

2 2 crac (Personnalisé)

Donc, frustration. Je me suis demandée si je pouvais remettre cette robe pour le deuxième mariage mais je ne pensais plus qu'à ça.
J'ai même apporté ma robe au boulot pour avoir l'avis de mes collègues, qui sont souvent moins à cheval sur les détails que moi. Mais elles étaient aussi navrées que moi.

 

 

En revenant du dernier tricot-thé de Metz (ça se passe à la cafétéria des Galeries Lafayette), je suis passée par le stand de Morgan, et j'ai essayé cette robe :

g_2000109900001_310377_2 g_2000109900001_310378_2

Pas du tout le même style que la précédente, mais je l'ai vraiment aimée.
Le tissu est original, et la coupe m'a tout a fait convenue, même si je m'étais dit que les robes qui tournent, ça n'était pas pour moi. Mais bon ... une fois de plus, le prix m'a refroidie. OK, 125€ c'est loin du prix pratiqué par notre ami Roland, mais tout de même, c'est trop pour une journée. Et puis le zip merdouillait dès le premier essayage. Alors si même Morgan en bave pour poser les zips, je me dis que j'ai le niveau requis et que je peux commencer à étudier le sujet "conception de robe qui tourne".

Ce qui nous amène tout naturellement au deuxième épisode.
J'ai ressorti un patron Burda, déjà effectué dans deux versions bizarres ici et , car je voulais m'inspirer du corsage. J'ai raccourci le buste pour avoir la couture au niveau de la taille, et j'ai fais une jupe plus ample au niveau de la taille et plus longue. J'ai fait un essai de pose de baleine ca si j'en crois l'enterrement de vie de jeune fille, une blague à la con reste possible. Pour la même raison, j'ai ajouté de l'anti dérapant autour du décolleté. Et puis j'ai ôté 5 cm de largeur au corsage. Au grand damn du mâle dominant, mes nénés semblent à l'abris.


Je n'ai pas fait de jupon (le modèle Morgan en a un), mais j'ai récupéré celui que Mamie Lélète avait offert comme déguisement à Gabuzette. Un vrai de vrai, comme dans le temps, parait-il. Pas très agréable à porter. Il va peut-être atterrir rapidement dans le coffre de la voiture.
J'ai essayé la dentelle comme sur la version de Morgan.
J'ai utilisé le tissu en cotton - élastane que j'avais acheté au marché au tissu du Luxembourg pour 13€ le mètre il y a deux ans, ainsi qu'un voile de coton totalement entoilé comme doublure. J'ai trouvé le tout au fond de mon armoire à tissu. J'ai récupéré le zip sur la version loukoum que j'avais faite auparavant (car en effet, je me porte PAS cette robe).

Voici le résultat. Je suis assez contente de moi. Il me reste assez de tissu pour faire juste un bustier avec le même patron (ça rend super bien avec ma jupe rouge récemment achetée chez H&M).

4 coquelicot normal

4 coquelicot dos

4 coquelicot gnangnan

 

 

Et même si les tissus diffèrent, il reste un petit je ne sais quoi qui indique que les deux-là sont de la même famille !

5 ensemble

 



Fin »